L'analyse statistique pour son site

par

Avoir un site web, c’est bien, s’il est consulté, c’est mieux ! Surtout quand votre business model est basé sur votre trafic.

Nous disposons d’outils performants afin d’analyser les visites et les visiteurs de nos sites web. La majorité d’entre eux sont gratuits et, si bien utilisés, sont d’excellents guides pour améliorer vos projets. Mais bon. Entre tous ces chiffres et graphiques, c’est facile de s’y perdre, d’autant qu’on peut toujours interpréter des statistiques à l’envers.

Voyons ensemble le b.a.-ba des statistiques que l’on peut faire autour d’un site Internet, ainsi que quelques moyens de les exploiter.

Les outils

Et oui, avant de partir à la pêche aux chiffres, il va falloir s’équiper. Il existe tout un tas de systèmes qui récoltent automatiquement des informations sur vos usagers, pendant toute la durée de leur visite sur votre site.

Google Analytics

C’est le plus connu, et très certainement le plus simple à mettre en place. Le service de Google existe depuis 2005 et inonde largement le marché des statistiques web (80%). Il est entièrement gratuit (pour un usage normal), et propose énormément de fonctionnalités toutes plus utiles les unes que les autres.

Le seul bémol est que - comme tout service de Google - tout est hébergé hors de votre portée et tout fonctionne en circuit fermé. Il est possible d’utiliser les API pour utiliser les données stockées dans GA mais cela reste très limité.

En savoir plus

Matomo (anciennement Piwik)

Principal concurrent de Google Analytics : Matomo / Piwik est un logiciel open-source gratuit, avec la possibilité d’héberger soi-même la plateforme de statistiques. Matomo ne facture que s’ils vous fournissent un accès à leur solution et qu’ils s’occupent de maintenir cet accès.

Les fonctionnalités sont essentiellement les mêmes que sur Google Analytics.

En savoir plus

Open Web Analytics

OWA est complètement gratuit. La seule condition pour l’utiliser, comme Matomo, est de savoir gérer un serveur pour l’installer dessus. OWA fait un peu moins de choses que ses deux concurrents et à une apparence plus… brut. Il fait toutefois très bien le boulot quand il s’agit d’exploiter l’essentiel des statistiques pour un site Internet.

En savoir plus

Quelques définitions

Avant d’essayer de comprendre nos chiffres, il faut saisir quelques subtilités et parler le statisticien. C’est important car selon votre activité, il y a des informations plus pertinentes que d’autres.

Le nombre de visiteurs VS le nombre de visiteurs uniques

Ce sont deux statistiques intéressantes et que l’on compare assez souvent. Le nombre de visiteurs uniques ne comptent qu’une visite, même si la personne revient plusieurs fois sur le site au cours de la période indiquée, tandis que le nombre de visiteurs compte toutes les visites.

Pour comprendre la différence, voilà un cas concret : votre site se rémunère grâce à la pub, vous avez placé quelques blocs içi et là et souhaitez proposer ces blocs à des annonceurs. Ces derniers vont vous demander le nombre de visiteurs uniques, car ce qui les intéresse, c’est le nombre potentiel de consommateurs, peu importe leur fidélité à votre site.

Autre exemple, dans le sens inverse : vous avez un site ecommerce et ce qui va vous intéresser ici, c’est de savoir si vos visiteurs reviennent fréquemment sur le site. Pour profiter au maximum de cette info, vous la croiserez avec le nombre de commandes passées et obtiendrez ainsi un taux de conversion.

Comparaison des sessions et du % de nouvelles sessions

Le taux de rebond

Le taux de rebond correspond à la visite d’une seule et unique page par un visiteur. Un cas typique est une erreur de recherche, où l’internaute clique sur un lien, se rend compte que c’est pas le bon site, et repart.
Un fort taux de rebond est souvent perçu comme négatif, car cela veut dire que les gens ne parcourent pas le site, et ne vont pas plus loin qu’une seule page.

Mais cela est faux dans plusieurs cas.

Déjà, il existe une bonne proportion de “c’est une erreur”, donc le pourcentage n’est pas totalement représentatif.

Ensuite, il existe des sites “one-page”, qui n’ont pas de navigation, donc chaque visite implique un départ sans avoir visiter une autre page. A noter que le taux de rebond est censé être aussi mis en relation avec la durée de la visite. Si un visiteur n’a visité qu’une page, mais est resté 2 minutes dessus, c’est pas mal.

Enfin, un dernier cas, en relation avec le précédent : les blogs. Un article est souvent relayé par les réseaux sociaux ou trouvé via une recherche Google, et bien souvent, l’internaute lit l’article et s’en va, après avoir obtenu l’information souhaitée.

Un haut taux de rebond n’est donc pas forcément une mauvaise statistique, cela dépend de votre activité. Un bon taux de rebond pour un site censé être parcouru - un ecommerce - devrait être inférieur à 40%.

Durée de la session

Assez simple pour celui là, une durée de session correspond à la durée de la visite. Elle est souvent mise en relation avec le nombre de pages visitées pour faire la moyenne par page, ou mettre en évidence la page où le visiteur est resté le plus longtemps.

Navigateur / Système d’exploitation

Ces stats mettent en valeur les appareils les plus utilisés par vos utilisateurs. Chaque navigateur récupère tout un tas d’informations et les outils de statistiques peuvent y accéder.

Aujourd’hui, c’est peu utile car un site est souvent le même sur tous les supports mais on s’en est beaucoup servis lors de la transition mobile, pour savoir si ça valait le coup de passer un site en responsive (selon le taux de visiteurs mobile).

Langue

Plutôt explicite à priori, la langue est toutefois à prendre avec des pincettes. Il s’agit en effet de la langue du navigateur, qui peut être différente de celle de l’internaute. Cela représente toutefois bien la réalité.

On s’en sert quand on étudie le besoin de mettre à disposition le contenu dans une autre langue que celle(s) déjà gérée(s) par le site.

 

Acquisition

On parle d’acquisition comme étant la provenance du visiteur. C’est une statistique plutôt importante car elle met en évidence les meilleures sources de trafic pour votre site Internet.

Par exemple, si votre source principale sont les réseaux sociaux ou les liens directes, c’est peut-être parce qu’il y a un dysfonctionnement au niveau de votre indexation sur Google ou des mauvais choix fait sur les mots clefs. En gros, les gens ne vous trouvent pas sur Google, mais uniquement quand vous faites directement référence à votre site.

Exemple d'acquisition avec plus de 80% de recherches

Conversion

Comme en marketing, le taux de conversion correspond au pourcentage d’accomplissement d’un objectif défini. Vous pouvez définir des objectifs dans l’outil de statistique ainsi que l'événement qui indiquera une complétion.

Cela peut-être une nouvelle section à visiter, un article publié, un formulaire complété… Les objectifs se déterminent en fonction de votre activité et de la vie de votre projet. Sur l’exemple ci-dessous, on a mis en place un recensement sur les différents boutons d’une landing-page. On avait pas besoin de définir des objectifs cela dit, mais on aurait pu :)

Objectifs sur des Call-to-Action

Voilà qui conclut notre première partie sur les statistiques autour des sites Internet. Il y a beaucoup à dire autour des usages, donc on va faire léger et découper ça en plusieurs articles !

Ce qu’il faut retenir, c’est que vous devez utiliser les statistiques en fonction de votre activité, et qu’il n’y a que peu de règles absolues en la matière. Un chiffre peut-être intéressant pour un secteur d’activité et complètement ignoré par un autre.